• Chapitre 7 - Grillé

    Le 5 avril 4728 – quinze heures et cinq minutes.

    Alpha avait grillé sa couverture. A une porte ouverte qu'il avait passé sans méfiance, il fallait en réalité taper un code ou elle se refermait sur vous. Évidemment, ça n'avait pas raté. Par un réflexe fulgurant il s'était projeté en avant, évitant de justesse le tranchage pur et simple de son corps en deux, qui aurait marqué et la fin de sa vie et celle de sa mission.

    Non, à la place, sa jambe avait juste été sectionnée au niveau du genou. C'était génial. En y collant un quelconque bout de tuyau il pourrait continuer à marcher... Encore fallait-il qu'il trouve le dit bout de tuyau.

    Il cherchait du regard autour de lui et en bougeant ses grandes oreilles de gauche et de droite pour vérifier que personne ne venait quand soudain retentit un léger écho. Le sol était parcouru de vibrations infimes. Il jura mentalement, égrenant toutes les grossièretés qu'il connaissait, se dressant sur ses bras pour essayer de se traîner dans un coin qu'il avait remarqué et dans lequel il pourrait se cacher. Une sensation sourde montait de son genou tranché, qu'il ne reconnaissait pas et qui lui paraissait pourtant familière.

    Un flash remonta de sa mémoire, à l'emplacement de ses oreilles et sur les côtés de sa tête, la même sensation, accompagnée d'un hurlement rauque et grave. Il ferma les yeux et trouva devant ses pupilles un écran rouge... et une scène se joua devant ses yeux. Il vit des couloirs blancs où des robots avançaient autour de lui. Il était couché contre des trucs blancs et doux, attaché sur un brancard qui avançait. Les mots « composante » et « robot » résonnaient au milieu de phrases floues qu'il ne comprenait qu'à moitié. Ses muscles se tendirent lorsqu'il comprit on l'emmenait. Il baissa la tête pour regarder devant lui, une porte vert d'eau barrait le passage, qui s'ouvrit lorsqu'un des robots présenta son passe. Deux mains apparurent sur les côtés de son corps, crispées et tendues... Détail qui le frappa, les mains étaient humaines.

    Il se cambra pour essayer de se libérer en faisant craquer ses liens mains il avait perdu sa force, et les sangles ne firent qu'entailler sa peau, ramenant encore cette sensation sourde dans sa poitrine.

    Il savait ce qu'on faisait des prisonniers.

     

    Alpha, les deux mains sur le crâne, se mit à hurler dans le couloir vide, les caméras fixées sur un angle de mur qu'il ne voyait pas.

    Un immense cri accompagné d'un claquement sec, et sa mâchoire inférieure, blanche et métallisée, tomba sur le sol dans un bruit mat, rebondit, roula et s'arrêta... aux pieds d'un minuscule robot. Un mètre dix au plus. Il avait les proportions d'un enfant humain, de longues mèches enroulaient leur blondeur teintée de roux jusqu'à ce qui se marquait comme étant sa taille. Ce robot, fait étrange, portait une robe dont la coupe était à la mode chez les humains il y a deux cents ans, bleue passée et ornée d'immenses fleurs d'un jaune pétant. Un imprimé, réalisa Alpha -sans savoir ni d'où il tenait cette information ni à quoi elle pourrait lui servir.

    L'intrus se baissa pour ramasser la mâchoire et sauta à cloche-pied jusqu'à Alpha. Sa voix grésillante sortit comme de nulle part, sans que le robot ne bouge d'un pouce son visage fin et bien dessiné. La voix était entrecoupée de parasites et sortait comme diffusée d'un vieil haut-parleur -le son était saturé et de mauvaise qualité...

    Alpha ne comprit pas ce qu'on lui demandait -la phrase était articulée comme une question humaine, avec le ton montant à la fin, sans le « réponse demandée » propre aux robots. Il enleva les mains de sa tête, la releva en s'appuyant sur ses bras -qui le lâchèrent. Renonça. Et demanda au petit robot de répéter.

    « -Tu as besoin d'aide ? »

    Le petit intrus s'était assis en tailleurs devant Alpha et jouait à faire tourner la mâchoire décrochée sur son index.

    « -C... c'est pas de refus, bégaya Alpha. »

    Il se tut, stupéfait. Sa voix avait perdu ses accents métalliques et était désormais plus grave. Elle devenait d'ailleurs de plus en plus grave à chaque mot qu'il prononçait.

    « -Tu..., reprit-il, tu n'aurais pas une jambe à me prêter ? Je jure de te la rendre après.

    -J'ai pas de jambe en plus. Seulement les deux miennes... et j'en ai encore besoin.

    -C'est... fâcheux, marmonna Alpha pour lui-même. J'ai un problème.

    -C'est toi qui veux détrôner les Anciens. Et tu recherches toujours la vérité sur les robots.

    -Restaurer l'harmonie, mettre fin à cette guerre stupide... J'ai un ami qui y a perdu un père et un frère, et une compagne... Et il ne sait pas pourquoi.

    -C'est une grande tâche. »

    Alpha monta sa main à son menton...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :