• Mythes Nordiques (c'est un livre)

    Bien le bonjour!

    En fait il faut savoir que je me suis mis (ce n'est pas vraiment récent, mais c'est assez diffus) à m'intéresser aux mythologies diverses de différents peuples, au gré en fait de la musique que j'écoute. C'est assez bizarre oui, ne me posez pas de questions, je serais incapable d'y répondre.

    Du coup aujourd'hui j'ai lu un court volume, que j'ai acheté jeudi soir au Cultura le plus proche pour la modique somme de 7€50 (en même temps qu'un bouquin de philosophie de l'art pour les cours). Si mon article vous donne envie de le consulter, voici la référence complète:
    Titre: Mythes Nordiques
    Auteur: R.I. Page
    Edition: Seuil
    Langue originale: Anglais
    Traduction: Christian Cler
    Titre original: Norse Myths
    Editeur original: British Museum Publications Ltd.

    Je vais d'abord faire une synthèse grossière du livre, puis développer sur mon ressenti immédiat, et je voulais mettre des notes de seconde lecture mais la seconde lecture n'a jamais pu avoir lieu, (edit: et j'avais complètement oublié l'existence de cet article en fait..)

    Le volume s'ouvre sur une introduction très digeste, donc j'ai usuellement l'espoir que le reste du volume soit du même tonneau. Elle dure quelques pages seulement (j'oubliais qu'on n'est pas dans un bouquin de philosophie, avec des introductions qui sont plus longues que le reste du texte), et donne d'abord une définition du terme mythe (sachant que j'ai eu un cours assez intéressant qui a porté sur le sujet l'an dernier, dont il me faudrait retrouver la trace et le remettre au propre pour comparer), d'abord selon un dictionnaire, puis selon l'auteur lui-même. Il présente ensuite les mythes et les personnages sur lesquels le livre se propose de se pencher, vu qu'en 176 pages de toutes façons on va pas aller loin; et quelques caractères inhabituels tels que les lettres ð et þ (eth et thorn, qui rendent deux variantes du son -th anglais).
    L'auteur expose ensuite rapidement la teneur des textes qu'il cite (qui seront de toutes façons rappelés à chaque fois qu'il les citera) et précise qu'il remplacera parfois dans son écrit certains caractères par des lettres latines leur ressemblant (ð par d, par exemple. On finit par entendre nettement la différence entre les deux à l'usage, et c'est assez perturbant d'avoir un mécanisme cérébral qui te dit "mais non ça se dit pas odin mais othine" quand tu lis, donc j'aurais préféré avoir les écritures originales des noms propres par exemple (avec une explication des caractères tels que ð), parce qu'après c'est vrai que certains surnoms sont plus pertinents s'ils sont modernisés -je reproduis ici l'exemple de Page, qui préfère traduire le surnom d'Eiríkr Blódøx par Eric à la Hache sanglante (Eric Bloodaxe en anglais) pour des raisons de compréhension.

    Un chapitre est ensuite consacré à ses sources et aux documents qu'il a utilisés, et s'attarde -comme je suppose dans pas mal de volumes traitant des mythes de cette partie du monde- sur la christianisation de la zone, qui a eu un impact non-négligeable sur les mythes en eux-mêmes, je pense que c'est assez pertinent de voir ce qui a pu se passer, parce que même si certains éléments se sont assez bien transmis, sans compter ceux qui sont repris dans la pop culture (je fais ici coucou donc audit Ragnarok, mais aussi au Valhalla -j'aurai l'occasion de reparler du Valhalla je pense; à Thor et à Loki, qui ont fait une apparition remarquée dans Avengers je crois ((bon vous l'avez vu, vous me direz))... j'en oublie, je suis pas spécialiste du domaine), l'évangélisation vers l'an mil au plus tard, des nordiques, a du modifier des trucs, même si pour se faire accepter, comme du côté slave (coucou UE libre de l'an dernier), la religion chrétienne a du intégrer les croyances locales. L'auteur fait par exemple état de gravures qui entremêlent les deux religions -j'ai pas trouvé d'image. Je suis la tristesse.

    Le chapitre suivant porte sur les Ases, Vanes et Rois -les Vanes et les Ases sont les deux groupes de dieux; puis sur Odin et Thor -Odin était un connard. J'annonce la couleur, ce n'est pas un mec sympa à priori: c'est le mec qui favorise les champions, et après il les abandonne pour qu'ils meurent et rejoignent son armée de champions qui le suivra lors du Ragnarok. C'est un concept aussi. Qui aime la guerre aimera Odin et Thor. Celui d'après parle de Baldr et Loki -en fait, Loki est partout, c'est un être mi-divin mi-démoniaque qui met littéralement le bazar partout où il va. Que ce soit intentionnel ou non, cette créature est à l'origine de tout un tas de conflits, de malédictions etc. (et aussi le géniteur de quelques monstres notables). Le chapitre d'après porte sur la genèse et la fin du monde, et c'est vraiment super intéressant (vous saviez que des nains tenaient la voûte céleste? Moi non, et c'était cool de l'apprendre, j'apprécie le concept). Le dernier chapitre porte sur les dieux et héros. J'en garde pas un souvenir vraiment net, alors que j'ai trouvé les chapitres précédents très vivants, voire drôles par moment, et je suis capable de me rappeler de quelques trucs, autant celui-là c'est le trou noir.

    L'auteur termine avec des conseils de lecture, auxquels s'adjoignent ceux du traducteur, ce qui est vraiment cool puisque comme j'apprécierais de creuser le sujet, je pourrai aller voir si je les trouve dans la bibliothèque de ma fac. Et il y a même un index. Ce livre est bien fait.

    Mon avis sur ce volume? C'est court -ça fait 176 pages- ça se lit en deux ou trois heures maximum, la traduction est lisible et digeste (une grande qualité de ce genre de livre si vous m'en croyez), après je ne sais pas si la traduction elle-même est bien faite ou pas... mais c'est d'un intérêt maximal. En plus il est hyper prenant, l'auteur est drôle, parfois ironique, il commente ou critique certains passages et compare certaines sources de façons pertinente, et on en apprend même sur la musique classique -Wagner sera votre ami. Je n'en dis pas plus, mais c'est assez fou pour moi (je suis quand même un sacré inculte, non?) de savoir qu'il y a un opéra qui relate une histoire très proche des mythes norrois, mais qui est germanique. Bon oui Wagner a du s'en inspirer. C'est la coolitude. Je vais me le télécharger et l'écouter tiens, ça doit être vraiment la coolitude.

    Information subsidiaire: cet article a été écrit en septembre dernier. Je l'ai juste relu pour éliminer les fautes et quelques bêtises qui s'y sont glissées, mais sinon en substance il est rendu tel quel. C'est vraiment un bon bouquin et j'ai eu l'occasion de le refeuilleter à quelques reprises depuis, si les anciennes religions vous intéressent, je pense qu'il faut le coup d'œil. De plus comme je l'ai dit, il est court et pas très onéreux alors n'hésitez pas, foncez!
    J'espère que cet article vous aura plu, ceci est une conclusion de youtubeur, allez bonne nuit jeune pamplemousse :')


  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Janvier à 19:01
    Ça à l'air sympa ;)
    Maintenant, je ne pense pas du tout que je le lirai parce que c'est vraiment pas le genre de livre que je lis, mais un article dessus, c'est sympa ;)
    C'est bizarre de dire d'un livre qu'il est digeste, non ?
    Si tu as ris en lisant le livre traduit, normalement, c'est un signe de bonne traduction… ça veut dire que le traducteur à réussi à remanier le texte pour qu'il soit plus vivant, mais dans sa propre langue. Normalement, c'est un bon point !
    Juste, il développe comment la théorie des nains qui tiennent la voute céleste ? Ça m'intrigue, j'arrive pas à l'imaginer…
      • Jeudi 1er Février à 15:10

        En fait les dix visites par jour c'est toi nan? *^*
        En vrai, c'est pas mal foutu, mais faut s'y intéresser. Je pense que ça pourrait être qualifié de bonne introduction au sujet.
        Non en fait on utilise pas mal la métaphore de la nourriture et de l'acte de se nourrir pour parler de la lecture, du coup dans la même veine que dévorer des livres, on peut dire que si tu digères pas ce que tu lis, c'est que tu y arrives pas ^^
        On peut rendre bien un texte vivant, tout en faisant des glissements sémantiques ou en ne retranscrivant pas certains aspects de la langue originale, du coup je ne sais pas si la traduction est bonne ou pas, pour pouvoir dire cela il faudrait que j'accède au bouquin original et que je m'y connaisse un minimum en traduction (spoiler alerte: ce n'est pas le cas ^^)
        Justement, cette partie là est abordée comme beaucoup d'autres mais pas développée, c'est un point de la cosmologie entre d'autres. En gros, il y a quatre nains (un à chaque point cardinal) qui portent la voute céleste. Je ne sais pas comment dire ça autrement, faut s'imaginer la voûte céleste comme un genre de bol je pense, ou une cloche à fromage (mode destruction de truc cool: on) avec quatre "pieds" qui seraient des nains. Maintenant je ne connais pas l'origine de ce point ni la façon dont il s'inscrit dans la cosmologie nordique, puisque les documents sur le sujet son *sic* hélas fragmentaires et incomplets.

        (hors sujet, j'ai été grave ému de voir que t'avais mis un commentaire :'))

      • Jeudi 1er Février à 16:13
        Désolée de te décevoir (ou pas), mais c'est pas moi…
        Je comprend comment t'en es arrivé au terme 'digeste'… mais ça reste très drôle^^
        Ba normalement, si le traducteur arrive à faire tout cela, tout en gardant le style de l'auteur, c'est que c'est un bon traducteur… (naan ? Tu rigoles, pas vrai ?)
        Ok, j'ai imaginé la cloche. Mais les nains, ils se tiennent où ? Sur Terre ? Dans l'espace ? Et puis, une cloche ça recouvre pas là Terre entière ! Et ils sont pas fatigués les nains à un moment ?

        (Sérieux ? À ce point ? En fait, on m'a prévenu par mail et j'étais tellement choquée que je suis direct aller voir. Et puis l'article était digeste (moi aussi je l'utilise;)) alors je me suis dis, pourquoi pas laisser un petit message ?)
        (Hors sujet, moi aussi : je suis retombé sur mes notes du testes pour ton blog Sur la Colline… j'avais vraiment oublié qu'il y avait une histoire aussi compliqué ^^)
      • Mardi 6 Février à 22:08

        Hm, c'était une blague (oui mon humour est très naze)
        Tant que t'as compris tout va bien ^^
        Justement, je ne sais pas s'il a gardé le style de l'auteur, ni s'il a fait tout ça parce que comme je l'ai dit, spoiler alert: je peux pas vérifier, j'ai pas le bouquin en langue originale '^' et je doute d'avoir des compétences suffisantes en traduction de toutes façons... Puis le but justement c'est qu'il n'y ait pas de glissements sémantiques ou de trucs approximatifs, qui ne retransmettent pas bien la langue originale.
        Alors, dans l'ordre: aucune idée, d'ailleurs je concilie mal cette partie-là avec l'Yggdrasil (les nains tiennent la voûte céleste au-dessus de l'Yggdrasil? Seulement sur Midgard?). Si cette cloche c'est le ciel, en théorie si sinon ça coince à un moment :'); et enfin: j'en sais rien. C'est une légende assez incomplète il me semble donc on a pas tous les détails, si ça tombe ils font des tours de garde. Ou alors c'est une métaphore et on a manqué l'essentiel ^^

        (Aw *^* tu m'étonnes ça a du te faire un choc quand même "wtf un article :O")
        (Certains passages me paraissent un peu bizarres avec le recul, faudrait que je le refasse et que je retrouve mes propres notes pour gérer ça... Tu me fais penser qu'il faut ABSOLUMENT que je l'envoie à mon meilleur ami! Merci Gae xD)

      • Vendredi 9 Février à 03:38
        J'avais compris --"
        Oui, mais enfin, à part si ton gars est vraiment nul, un traducteur est censé savoir garder le style de l'auteur… Ou sinon le livre aurait pu être écrit par n'importe qui d'autre, si de toute façon la traduction sera la même--"
        C'est quoi les deux noms que t'as cite ?

        (T'as tout compris xD)
        (Je me souviens pas qu'il y avait des passages spécialement bizarre… De rien Chik-Chik ;))
    2
    Vendredi 9 Février à 12:46

    -I was being sarcastic
    -And I stole your face!!

    Ben justement ça dépend de la traduction... Dans une traduction de roman, oui, le style de l'auteur, l'ambiance et les atmosphères seront au maximum conservées. Mais par contre dans la traduction d'un documentaire ou d'un bouquin de philo par exemple, le plan sémantique compte plus: si tu ne peux pas traduire une envolée lyrique sans perdre son sens, tu la traduis le plus lyriquement possible soit, mais surtout pour conserver au maximum son sens. Du coup, un très bon traducteur n'aura pas forcément le même style que l'auteur et n'arrivera pas forcément à le conserver sans pour autant que ce soit une traduction particulièrement mauvaise, même si en comparaison de quelqu'un qui y arrive on est d'accord il est un peu naze :') d'ailleurs c'est pour des raisons sémantiques que dès qu'on parle de philosophie antique tu verras plein de termes en grec: on peut pas toujours tout traduire donc y'a plein de notes de bas de page qui t'expliquent les différents sens du mot en grec et les différentes traduction qu'il peut engendrer. Mais je m'égare.

    Yggdrasil est l'arbre du monde, où reposent les 9 mondes: les hommes (Miðgarð), les dieux (Asgarð), les elfes (Alfheim), les nains (Niðhavellir), le monde des morts (Helheim, littéralement le monde/la maison de Hel, la déesse des morts), Utgarð (le monde des géants), le monde de ceux qui sont mort de vieillesse ou de maladie (Niflheim), les vanes (Vanaheim) et Muspellheim (le monde du feu, et royaume du géant Surt, où vivent des êtres du feu je crois). Les noms ont été modernisés pour les besoins de j'arrive pas à trouver la vieille orthographe :')
    Bon, j'ai eu du mal à faire du lien, c'est confus, mais je suis pas vraiment sûr de ce que je dis

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :